George Trakas

Visite au ras de l’eau, à la découverte des sculptures monumentales de George Trakas

  • Samedi 19 septembre de 14 h à 15 h 30
  • Dimanche 20 septembre de 15 h à 16 h 30

En 1985, lors du Symposium national de sculpture monumentale métallique organisé par la Ville de Thiers et le Ministère de la culture, l’artiste George Trakas décide de créer des passerelles métalliques constituant une balade insolite autour des Usines du May et du Creux de l’enfer, au plus proche des soubresauts du torrent. Cette œuvre emblématique de Thiers, aujourd’hui fortement endommagée, fait l’objet d’une campagne de restauration portée par la Fondation du patrimoine.
Dans ce cadre et à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, le Creux de l’enfer propose une promenade au ras de l’eau sur les passerelles suivie d’une discussion en compagnie de Sophie Auger-Grappin, directrice du centre d’art contemporain, à propos de l’histoire et du projet de restauration de ces œuvres d’art uniques.
GRATUIT
RÉSERVATION OBLIGATOIRE / JAUGE LIMITÉE : 04 73 80 26 56 / info@creuxdelenfer.fr

Je vous donne un bout de métal et six mois d’espace/temps. Que se passe-t-il ? Le métal rouille et le rouge s’introduit dans une pièce de fer de couleur connue, ou dite neutre.
L’espace est comme perdu. La Durolle n’est plus depuis longtemps navigable et ses bateaux sont échoués. Il ne reste de ces usines galions que le spectacle hallucinant de leur squelette décharné.
Fenêtres aux vitres cassées, pierres grises de crasse, toitures défoncées et noircies, meules brisées sur un sol envahi de chiendent. Pourtant, qui dira la beauté solennelle dont elles parent ces hautes bâtisses ?
Le temps s’est fait poète sur les berges de la rivière.
Il y a quelque chose de démesurément beau dans cette vallée aux rives ébouriffées. Comme si la rivière, folle de trop avoir voulu la souffrance des hommes en offrande, se retrouvait maintenant punie.

Et ces grands autels fantomatiques dédiés au culte du travail sont aujourd’hui désertés. Alors, on regarde, hypnotisé par ces lieux étrangement surréels et l’on imagine. On imagine un petit peuple d’hommes qui tous les jours descendait de la ville par des chemins sinueux pour s’engouffrer dans ces usines immondes, noyées de bruit. On imagine les odeurs, le froid, la chaleur, la sueur, le vacarme... les hommes exorcisaient leur peur et leur douleur avec ce qui restait : les mots. On parlait du Bout du Monde ou de Creux de l’Enfer.

Car l’enfer a son creux ici, dans cette vallée. Ou plutôt, son creuset. Lieu sans loi où les parallèles des filets de l’eau argentée finissent par converger dans un trou béant. L’enfer ! Pas seulement les autres mais aussi ce satané pilon et ses hurlements continus, cette humidité, ce sol en terre battue, qui vous glace les poumons, ces courroies à hauteur d’homme, prêtes, comme une pieuvre, à vous saisir par le bras ou par la tête. L’enfer au quotidien, l’amour et la haine fusionnées et cette eau et ce fer... blood, sweat and tears. Du sang, de la sueur et des larmes.

George Trakas a compris tout cela qui court sur une grosse canalisation près de l’usine du May. Sur cette marque d’infamie couchée sur le lit de la rivière, il exulte "je vais me servir de ce gros tuyau j’en ferai une ligne de vie".

George Trakas martèle ses mots. Il va et vient sur cet égout, au gré des fantaisies des cameramen, de la télévision venue le filmer. Il se laisse faire, docile. Show à l’américaine pour ce canadien de Québec qui consacre à Thiers sa première venue en France après avoir travaillé aux Etats-Unis, au Canada, en Italie, et en Allemagne où il a encore des projets.

Retenu pour participer au symposium national de sculpture monumentale, George Trakas était dans nos murs la semaine dernière afin de repérer les lieux de son futur travail.

Et l’homme est tombé amoureux de toutes ces usines fantômes "c’est un véritable honneur pour moi de venir ici faire quelque chose près des usines. L’idée de découvrir l’essence des usines, de tisser un lien entre l’homme et son environnement est quelque chose que j’ai vraiment envie de faire".

L’homme est emballé, mieux, il est ému, réellement et en devient touchant.

Il voit George Trakas avec ce regard vrai et neuf de l’artiste. Ce regard d’étranger, ce regard intemporel.
Le regard vrai de cela qui fera de ce lieu de mort un lieu de vie ; de celui qui transforme les eaux usées en eaux pures, l’enfer en paradis.
Car il n’y a pas de paradoxe pour cet homme qui compte faire une oeuvre d’art d’un tuyau habitué jusque là à transporter des eaux sales.
Et pour mieux s’imprégner de la nature George Trakas habite le site avant d’être habité par lui. Il travaillera près de l’usine du May, près de l’eau, cette source de vie, cet élément pour lui indispensable : "Je veux continuer une ligne à côté de la rivière" dit-il. Pour le moment, c’est tout ce que l’on sait de on oeuvre, de "sa pièce" comme il dit.
Une chose est sûre, George Trakas fera une sculpture qu’apprécieront les métallos. Simplement parce qu’il les aime. Déjà.

Jean-Luc Gironde

George Trakas, sculpteur en métal-eau. Article paru dans La Gazette du samedi 24 août 1985, alors que Georges Trakas n’avait pas encore réalisé son oeuvre... par Jean-Luc Gironde.



Voir en ligne : Fondation du Patrimoine