Ville noire au coeur de pierre

En hommage à celui qui a choisi de nous quitter un triste jour de mars 2010... ces quelques lignes écrites il y a quelques années.

Ville noir au coeur de pierre
Qui déchaîne les passions
Où sont passées tes lumières
Et tes ambitions ?

Garde bien les pieds sur terre
Terres de Limagne et de moissons
Redresse aussi ta tête en l’air
Air des montagnes de ton front

Où sont allées les fines lames
Qui ont fait ta réputation ?
Ne sens-tu pas que l’on t’entaille
Au plus profond de ton renom ?

Crois-tu encore que l’avenir
Pousse les voiles de ton blason ?
N’es-tu pas en train de pourrir
Sur tes fondations ?

Moi je suis né dans tes ruelles
Sous les pentes de tes maisons
Vais-je longtemps rester fidèle
Et absoudre tes trahisons ?

Tu avais tout pour être belle
Fierté de toute une région
Pourquoi es-tu devenue celle
Dont on oublie presque le nom ?

Résiste à ceux qui te dirigent
En dépit de tes opinions
Vers une agonie qui m’afflige
Quand vas-tu sortir de tes gonds ?

Combien d’Aiglons de pacotille
T’ont fait miroiter un empire
Et pour quelques-uns qui te pillent
Combien d’autres pour toi qui transpirent ?

Ces hommes qui se revendiquent
Thiernois de sang, Thiernois de nom
Sont les sangsues et les moustiques
Que ton sang abreuve à foison.

C’est sur ses hommes, ces vampires
Et sur leurs bonnes résolutions
Que depuis le Pont du Navire
Je pisse sans modération.