Accueil > Sortir > Voir

En corps

2 h – 2022 - Comédie dramatique de Cédric Klapisch
Écrit par Cédric Klapisch, Santiago Amigorena
Avec Marion Barbeau, Hofesh Shechter, Denis Podalydès.

Ciné-parc, à 20 h 30, dans les salles des fêtes :

- Samedi 14 mai  : St-Germain-l’Herm
- Mardi 17 mai  : Billom (Moulin de l’Etang)
- Mercredi 18 mai  : Cunlhat
- Jeudi 19 mai  : Sauxillanges
- Mardi 24 mai  : Olliergues
- Jeudi 26 mai  : St-Georges-Lagricol

Elise, 26 ans est une grande danseuse classique. Elle se blesse pendant un spectacle et apprend qu’elle ne pourra plus danser. Dès lors sa vie va être bouleversée, Elise va devoir apprendre à se réparer... Entre Paris et la Bretagne, au gré des rencontres et des expériences, des déceptions et des espoirs, Elise va se rapprocher d’une compagnie de danse contemporaine. Cette nouvelle façon de danser va lui permettre de retrouver un nouvel élan et aussi une nouvelle façon de vivre.

L’info en plus

Après le documentaire Aurélie Dupont, l’espace d’un instant, Cédric Klapisch a régulièrement fait des captations pour l’Opéra de Paris, dont une soirée intitulée Quatre danseurs contemporains (2018) où il a fait la connaissance du danseur et chorégraphe israélien Hofesh Shechter avec lequel il a créé une véritable complicité. À cette rencontre s’ajoute l’envie de faire un film de fiction sur la danse depuis vingt ans. Le confinement va accélérer les choses : il réalise – ou plutôt monte les images prises par les danseurs chez eux avec leurs smartphones – Dire merci, un film collectif de 4 minutes avec les danseurs de l’Opéra. « Le film devient viral et fait le tour du monde ». D’autre part, le réalisateur souhaitait prendre le contre-pied de films qui montrent uniquement la danse sous le prisme de la souffrance et de la rivalité : « Je ne nie pas ce côté sacerdoce. Mais il ne faut pas oublier la notion de plaisir qui pour moi passe avant tout le reste. Je retiens plus l’idée de passion que l’idée de sacerdoce. On ne peut pas être danseur sans être tourné vers la vie. [...] Je pourrais dire bêtement que c’est un film sur la vie. Un film sur le profond plaisir de celui qui danse et qui a cette idée de s’élever, de se dépasser. Et derrière tout cela, il y a aussi le profond plaisir du spectateur qui admire ce spectacle. »