Ultrasons anti-jeunes ou Ultracons ?

Par Laurent Bourrelly • 3 avril 2008 - Article paru sur Adicie

 

J’ai appris aujourd’hui qu’un débat faisait rage à propos des répulsifs auditifs anti-jeunes. Le but étant d’empêcher les attroupements et de favoriser la tranquillité dans certains lieux, mais posant un évident dilemme moral.

Il s’agit de petits boîtiers surnommés « Beethoven » qui diffusent des ultrasons suraigus et insupportables seulement pour les oreilles des moins de 20 ans. A priori, c’est efficace en Angleterre où c’est largement utilisé. Ainsi, de nombreuses sociétés HML françaises sont déjà intéressées.

Avant de reparler pour la nième fois du problème des banlieues, je me pose surtout une question philosophique à propos des travers sociaux auxquels nous assistons avec cet exemple. Est-ce que la société est à ce point dégénérée pour qu’il faille « chasser » les jeunes comme de vulgaires animaux, à coups d’ultrasons ?
Cette méthode me rappelle les canons à gaz imitant les coups de fusil que les cultivateurs mettent au milieu des champs de maïs afin de faire fuir les sanglier. Il existe des répulsifs auditifs pour toutes sortes de nuisibles comme les taupes, souris, cafards et moustiques. De ce fait, la comparaison procure un évident malaise mental qui va diviser ceux qui subissent les nuisances et ceux qui ne supportent pas le concept.

Grâce à des ultrasons sélectifs qui sont perçus uniquement par les moins de 20 ans, les indésirables sont dégagés de lieux ciblés, sans douleur apparente. Ce système de tri sélectif est peut-être efficace, mais il pose un sérieux problème moral à ceux qui ont gardé un semblant de conscience. En agissant de la sorte, le jeune est transformé en nuisance ou délit par défaut. Le jeune est l’ennemi numéro un des syndics et des propriétaires de HML. Le jeune est stigmatisé comme porteur de tous les problèmes des cités. Chassons le jeune et la population retrouvera la sérénité !

C’est triste de voir qu’il n’y a plus aucun contact entre les gens ; à un tel point que les différentes communautés doivent protéger leurs territoires. Les jeunes qui traînent sont donc une espèce nuisible aux commerçants de quartier, aux retraités et autres bourgeois. Ainsi, il faut empêcher ces abominables jeunes de souiller le quartier.

Le problème de nuisance dans les quartiers HLM est une réalité, mais ce n’est pas une raison pour traiter des êtres humains comme du bétail. Cette invention et sa commercialisation sont un outrage à la dignité humaine. Ce genre de procédé pour trier les populations ne sent pas très bon ! Le fait que des voyous (jeunes ou pas d’ailleurs) gâchent la vie des habitants du quartier n’est pas une raison pour sombrer dans un tel comportement.

(...)


Voir en ligne : Lire la suite de l’article sur ADICIE