Tintin, Google et les publicités Baumaux

Un communiqué de l’Association Kokopelli.

Quelle ne fut pas la stupéfaction de certains de nos amis ou adhérents lorsqu’il s’aperçurent en janvier que la pétition de Kokopelli (signée d’ailleurs par des centaines de milliers de Français) était encadrée sur son site d’accueil (celui de nos amis d’Univers-Nature) par d’immenses placards publicitaires de la société Graines Baumaux, celle-là même qui nous a traînés devant les tribunaux, qui demandait 50 000 euros pour concurrence déloyale, qui exigeait la cessation de 80 % des activités de l’Association Kokopelli et qui a réussi à nous faire condamner devant le Tribunal de Nancy à 12 000 euros de pénalités.

Nos amis d’Univers-Nature, qui gèrent également notre site internet depuis 6 ans, avaient pensé pouvoir parer aux publicités Baumaux sur Google en bloquant l’apparition de l’url de cette société qui en a mis alors une seconde en ligne.

Nous avons depuis enquêté sur le web et nous nous sommes aperçus qu’effectivement de très nombreux sites internet et blogs, qui communiquaient sur les luttes de Kokopelli contre la mafia semencière, voyaient leur page encerclée par les publicités de Baumaux lorsque ces sites et blogs acceptaient les publicités de Google.

Les raisons de cet assaut massif de publicités internet émanant de Baumaux sont simples :

  • d’un point de vue stratégique, l’image de marque de Baumaux a beaucoup souffert de son attaque insensée contre Kokopelli.
  • d’un point de vue technique, Baumaux a du payer très cher chez Google les termes "graines bio" et "semences bio" pour être positionné en très bonne place sur les pages web, sinon bien souvent en première place ! (Nous osons espérer qu’il n’ait pas acheté le nom de Kokopelli : c’est une pratique très courante sur le web d’acheter le nom de ceux auxquels on veut nuire).

Le résultat est spectaculaire : tous les sites et blogs qui acceptent les pubs Google et qui se font l’écho de la lutte de Kokopelli "attirent" les pubs de Baumaux sous forme de gros placards verts (verts comme l’écologie, bien sûr !!) : de très nombreux internautes en sont tout déconcertés.

Que faire ? Il n’est pas dans les prérogatives de l’Association Kokopelli de lancer un mot d’ordre généralisé de boycott à l’encontre de Baumaux, comme il nous l’a été suggéré à maintes reprises.

Des internautes avertis nous ont, par contre, informé qu’ils ne s’offusquaient point de cette agressive stratégie commerciale : au contraire, ils cliquaient sur la pub, et plutôt deux fois ou trois fois qu’une, et ils laissaient bien la page du site Baumaux s’ouvrir dans son intégralité. Coût de l’opération : 1 euro facturé au débit de la dite société.

50 000 cliks = 50 000 euros ! Cela fait cher du bio et quel bio !

-----

Les graines bios chez Baumaux sont à l’image de la "protection de la biodiversité" chez le GNIS : beaucoup de beaux mots. Les graines bios représentent un infime pourcentage du catalogue Baumaux, ce qui veut dire d’ailleurs que tout le reste des semences commercialisées par cette société sont produites avec les plus toxiques des pratiques agricoles car l’agriculture semencière utilise d’autant plus de poudre de perlin pinpin que les semences ne sont pas consommées ! De plus, ces quelques "graines bios" ne sont bien souvent que des hybrides F1 qui participent d’autant à l’érosion des ressources génétiques.

Et à quel prix ! Comment Baumaux peut-il avoir l’outrecuidance de reprocher un "enrichissement" à l’Association Kokopelli lorsque l’on analyse les prix pratiqués pour ses "graines bios" :

  • la tomate hybride F1 "Aspion" à 4 euros 50 les 10 semences.
  • la tomate hybride F1 "Agro" à 4 euros 50 les 10 semences.
  • la tomate hybride F1 "Myriade" à 6 euros 50 les 10 semences. Ce qui représente une augmentation de 650 % par rapport aux prix pratiqués pour les tomates par Kokopelli.
  • la laitue "Tintin" à 4 euros 30 les 150 semences. Ce qui représente une augmentation de 870 % par rapport aux prix pratiqués pour les laitues par Kokopelli.

On se demande bien où Tintin est allé chercher des semences bios de laitue à quasiment 30 euros le sachet d’un gramme. Au Tibet ou au Congo ou bien peut-être sur la Lune et sans doute même à pied ? A quand la carotte "Milou" et le concombre "Capitaine Haddock" ?

Pour ses stratégies futures, peut-être pourrions-nous conseiller à Monsieur Philippe Baumaux le recours aux boules de cristal ? Pour que les beaux mots point ne se transforment en beaux maux !

Monsieur Baumaux, laissez nous vivre ! L’Association Kokopelli oeuvre en co-évolution avec les forces de vie. L’esprit de Kokopelli est immortel et comme le disait le poète Béranger "vous n’aurez pas ma fleur, celle qui me pousse à l’intérieur et je.....".

Encore un grand merci à tous nos amis et amies pour le soutien incroyable de ces dernières semaines : du baume au coeur.

Dominique Guillet 


Voir en ligne : Visitez le site Internet de l’Association Kokopelli