Rapporter les médicaments à la pharmacie pour les recycler, de nouvelles règles

Les médicaments s’entassent dans la pharmacie des familles et les flacons non terminés ou périmés finissent trop souvent dans la poubelle, venant ainsi polluer l’eau, perturber les plantes et les poissons.

Article publié sur le site de Naturavox par Abonéobio.com

Les stations d’épuration n’arrivant pas à éliminer totalement les substances chimiques, notre eau du robinet en souffre, cf l’article d’aboneobio : eau et cancer, quelle eau faut il boire ?. Voilà qu’un nouveau décret du 17 juin 2009 impose de nouvelles règles pour le recyclage des médicaments. L’objectif est de dépasser le seuil des 10 à 12 % de médicaments recyclés.

Avant il y avait Cyclamed :

En 1994 est né le concept Cyclamed : récupérer les médicaments (objectif à 75 %) pour qu’une partie soit donnée aux ONG pour leurs actions dans les pays en voie de développement. Seulement les notices n’étaient pas traduites, les médicaments pas adaptés aux besoins locaux, et surtout la démarche ne décollait pas avec seulement 10 % de médicaments recyclés. Cyclamed a été stoppé fin 2008.

Et cet été 2009 de nouvelles règles pour le recyclage des médicaments :

L’enjeu est d’éviter la pollution par les médicaments. il faut organiser leur récupération et leur destruction. Selon le décret, les pharmacies ont l’obligation de collecter gratuitement les médicaments non utilisés, avec ou sans leur conditionnement. C’est les laboratoires qui doivent mettre la main à la poche pour fournir les réceptables pour stocker les médicaments, puis les ramasser, les trier, .... Ensuite ces médicaments non utilisés seront détruits par incinération dans le respect de la réglementation en vigueur, indique le décret du 17 juin 2009. Et si les pharmacies refusent de collaborer des sanctions sont prévues.

A voir dans la pratique comment la relation va se construire entre les familles, les pharmacies et les laboratoires ?

Il est clair que prendre l’habitude de jeter un médicament dans la poubelle aura de lourdes conséquences sur notre environnement.

(...)


Voir en ligne : Lire la suite de l’article publié sur le site de Naturavox