Qui va payer pour ’économiser’ l’eau ?

L’Association Scientifique Européenne pour l’Eau et la Santé (ASEES), organise les jeudi 14 et vendredi 5 mai 2009 à Aix-en-Provence un colloque intitulé ’Economies d’eau : réutilisation des eaux de pluie, grises ou usées. Impacts sanitaires et environnementaux’. Un signe supplémentaire, s’il en était besoin, que la notion de ’re-use’ a bel et bien le vent en poupe… Reste à savoir qui va payer dans les années qui viennent les ’économies’ que va permettre la ’ré-utilisation’ tous azimuts qui nous est désormais proposée ?

Contrairement à ce que pourrait spontanément penser l’usager lambda, la notion de "ré-utilisation" de toutes sortes d’eaux, de pluie comme usées, ne relève en rien d’un gentil folklore à l’usage de la galaxie "autarcique", et de nos amis les adorateurs des toilettes sèches (qui feront le bonheur du genre humain !). Loin s’en faut. Et l’on s’en convaincra aisément à la lecture du pré-programme de ce colloque, et des intitulés des communications prévues.

Dès lors surgit une agaçante interrogation. Les "bons gestes", prônés de toute part, sous couvert "d’économiser la ressource", sont-ils d’ores et déjà voués à participer à une nouvelle ère de "l’économie industrielle" de la gestion de l’eau ?

Quand l’on sait par ailleurs que la diminution structurelle des volumes d’eau consommés, et donc facturés, enregistrée depuis 15 à 20 ans, et dont rien ne laisse augurer une décrue, entraîne, mécaniquement, une hausse de la facture d’eau, on voit poindre l’irritant paradoxe : plus nous allons "économiser" l’eau, plus son prix va augmenter…

On peut dès lors s’inquiéter de voir émerger un encadrement des plus tatillons des différentes méthodes de "récupération", qui font l’objet de ce colloque, puisqu’elles augurent à n’en pas douter d’une inscription de pratiques diverses, aujourd’hui mises en œuvre, presque en catimini, par des centaines de milliers d’usagers, dans une perspective de "monétisation obligée", histoire de contrebalancer la "perte sèche" découlant de la diminution des volumes d’eau potable aujourd’hui consommés…

(...)


Voir en ligne : La suite de l’article sur le blog de Marc Laimé, ’Les eaux glacées du calcul égoïste...