La parité

Ce propos du chanteur Jacques Bertin : « Le mot parité. Le 50/50 hommes-femmes dans les assemblées élues. Ah, je vous trouve bien timide ! Moi, je suis pour généraliser la parité ! Rendons obligatoire qu’il y ait dans ces assemblées le même pourcentage d’ouvriers, de paysans, d’employés, de smicards, de chômeurs que dans la société ! Non ? Pourquoi non ? »

Pourquoi pas, en effet. Mais alors en gardant à l’esprit que ce n’est pas là que les choses se font vraiment. Que ce n’est pas là que la vie se dessine. Que le fondamental a trouvé refuge ailleurs, loin des assemblées, loin des partis, dans les amitiés qui se tissent en écho à leur mépris, dans les solidarités qui se forgent en réponse à leur veulerie, dans les consciences et les cœurs qui ont su trouver au fond d’eux-mêmes assez de force et de volonté pour surmonter leur colère, leur peur et leur angoisse, les transformer en un élan qui les libère et les porte à vivre mieux, à vivre plus, à vivre autrement. D’où l’émergence de complicités silencieuses et souterraines, qui le plus souvent s’ignorent, car n’ayant pas conscience des liens qui les unissent, mais qui participent pourtant, sans qu’on en sache précisément la nature, sans qu’on puisse clairement le définir, à construire autre chose.


Cyril C.Sarot - Le doux ronron des raisins simples...


Voir en ligne : L’autrement dit, Cyril C.Sarot - Le doux ronron des raisins simples...