L’arnaque des assurances anti-fuites

Veolia propose depuis des années, même à des usagers desservis par ses concurrents, Lyonnaise-Suez et SAUR, voire à des usagers desservis par des régies, des ’assurances anti-fuites’ très grandement inutiles. En effet, elles ne concernent pas les fuites entre la voie publique et le compteur, puisque ce domaine là est qualifié de ’domaine public’, à la charge de Veolia ou d’un autre opérateur. Cette ’assurance’ ne couvre en fait que les fuites en aval du compteur, sur le ’domaine privé’.

« L‘assurance anti-fuites » couvre le remboursement des réparations, mais jamais celui de la consommation d’eau supplémentaire provoquée par la fuite. Or le montant de l’assurance, plusieurs dizaines d’euros annuels, comparé au coût des réparations, et surtout à l’éventualité statistique de l’apparition d’une fuite est totalement disproportionné. Autrement dit, Veolia engrange des bénéfices colossaux en prétendant couvrir des « risques » qui n’existent quasiment pas…

C’est dans la continuité de ce que proposent les grands magasins (Carrefour, Darty et autres ...) pour vous assurer des pannes au-delà de la garantie.

Par ailleurs, la loi dite « Warsmann » de simplification du droit a limité à deux fois la consommation moyenne antérieure (en calcul annuel ou bisannuel à partir des dernières facturations), le montant que l’usager devra acquitter au distributeur en cas de fuite sur sa partie privative, quel que soit le volume d’eau perdu à raison de cette fuite, et sous réserve d’une preuve (facture) qu’il a acquitté des frais de réparation de la fuite par un plombier.

En général, à la lecture attentive du contrat, on s’aperçoit de surcroît que ce n’est même pas Veolia l’assureur, mais une compagnie d’assurance prestataire pour Veolia.

L’assurance proposée couvre donc uniquement les fuites après compteur, c’est-à-dire sur la canalisation d’arrivée extérieure entre le regard où se trouve le compteur et la maison, à condition que votre compteur soit à l’extérieur, sur votre propriété, et très souvent en limite du domaine public.

Et c’est là que se situe l’arnaque sémantique, car les publicités pour « l’assurance anti-fuites » sont envoyées à tous les particuliers supposés être propriétaires, quelque soit le type de branchement de leur installation et quelque soit le prestataire de service.

Les auteurs de cette trouvaille jouent en fait habilement de la confusion entre le compteur et la vanne de branchement enterrée qui se trouve sous la bouche à clé. En effet, la vanne enterrée est forcément sur le domaine public, alors que le compteur se trouve sur la propriété privée, soit à l’extérieur dans un regard, soit à l’intérieur de votre maison au plus près de la bouche à clé….


Voir en ligne : Lire la suite de l’article sur le blog de Marc Laimé, les eaux glacées du calcul égoïste