Billet vert : des bombes dans les WC

Vu une pub avant-hier soir : Canard WC (ou un de ses collègues) a inventé un dispositif de nettoyage automatique des douches. Après chaque douche (tous les jours donc précise la réclame), on appuie sur un bouton, et l’affreux bidule asperge généreusement la douche de détartrant, laissant notre douche immaculée et ce sans effort.

Absolument indispensable. Je me suis dis que nous n’étions pas près de sortir de l’impasse où nos modes de consommation nous mènent.

Un truc simple pour juger de l’absurdité (ou disons de la non-durabilité) d’un comportement : que se passerait-il si tout le monde faisait pareil ?

Dans le cas de notre aspergeur fou, des volumes considérables de détartrant se déverseraient tous les jours dans nos réseaux d’eaux usées. Nos stations d’épuration arriveraient-elles à filtrer toutes les substances chimiques actives contenues dans ce produit ? Apparemment non.

Pollution de l’eau

Selon les WWF, « les produits d’entretien contribuent à une pollution massive des sols, de l’eau et de l’air. De plus, ils créent des mélanges chimiques qui nuisent au bon fonctionnement des stations d’épuration. 50 % de ces agents échappent aux usines de retraitement et sont rejetés dans les cours d’eau et la mer. »

Les poissons de nos rivières auraient eux aussi des douches propres sans ces insupportables traces blanches sans lesquelles le bonheur sur terre serait à portée de la main.

Pollution de l’air

Non contents de polluer les eaux, nos produits d’entretiens, farcis de substances chimiques actives et volatiles, contribuent à un autre phénomène aujourd’hui préoccupant : la pollution de l’air de nos maisons.

Selon différentes études réalisées ces dernières années (INERIS, INPES, Observatoire de la qualité de l’air, etc.), l’air de nos maisons serait en fait … plus pollué que l’air extérieur.

En 2004, le WWF a mené une étude de grande envergure sur le niveau de contamination du corps humains. Ses sujets : 47 députés européens. Les résultats : 76 produits chimiques répartis en cinq familles : les pesticides organo-chlorés, les polychlorobiphényles, les retardateurs de flammes au bromure, les phtalates et les composés perfluorés.

Augmentation des cancers environnementaux

Et ces contaminations ne sont évidemment pas sans conséquences.

Ainsi, en vingt-cinq ans, le nombre de cancers a doublé, parmi eux entre 50% à 85% sont inexpliqués. Les allergies ont-elles aussi été multipliées par deux en seulement dix ans. La relation entre cette explosion des maladies et l’environnement est maintenant une évidence. L’OMS estime ainsi que 24% des maladies dans le monde sont causés par des expositions environnementales.

En France, l’ « Appel de Paris », lancé en 2004 sur l’initiative du professeur Belpomme (cancérologue), et soutenu par l’ensemble des Conseils de l’Ordre des Médecins des 25 états membres de l’Union Européenne, entend alerter sur ce phénomène.

Les coupables

Dans nos maisons, il y a beaucoup d’émetteurs discrets et permanents. Les moquettes, les meubles (colles et solvants), les peintures, l’aggloméré et le contreplaqué, les appareils de chauffage, les acariens, les cigarettes participent ainsi à une exposition permanente à des substances chimiques ou allergènes.

Au menu des substances chimiques, les COV (composés organiques volatiles) tiennent la place d’honneur : formaldéhyde, toluène, éther de glycol, etc.

Alors, bien sûr, Canard WC n’est pas, et de loin, le principal pollueur (encore que tout dépend de la dose qu’on utilise). Mais est-il vraiment nécessaire d’en rajouter ?

VOUS POUVEZ AGIR

  • préférez les désodorisants naturels aux désodorisants chimiques (Brise, Air Wick et autre diffuseur d’ambiance qui vous agressent les narines). Exemple : achetez du savon naturel et entreposez le dans les toilettes. Ca sent bon (personnellement je pratique),
  • limitez l’emploi de détergents et préférez les produits bio qui marchent tout aussi bien, 
  • préférez quand c’est possible les meubles en bois brut plutôt que les agglomérés et contreplaqués,
  • à l’achat d’un tapis il est conseillé de le laisser dégorger au mois 2 semaines à l’extérieur. De même lavez les tissus avant de les utiliser.

Respirez.

Didier Schott