Assainissement non collectif : se regrouper pour un système d’ANC entre voisins

En Loire-Atlantique l’association Civam Défis travaille depuis dix ans sur des projets alternatifs d’assainissement par ’Filtre planté de roseaux’.

Jérémy Renaud, de Civam Défis, est l’auteur de l’article ci-après, paru en mai 2009 dans le n° 381 de la revue Transrural initiatives, un bimensuel édité par des mouvements associatifs d’éducation populaire à vocation rurale, l’Afip et les Civam.

« A l’origine plusieurs rencontres sur le terrain en partenariat avec des porteurs de projets, bureaux d’étude, SPANC, notaires…, ont permis de recenser les attentes sur des aspects techniques, scientifiques, juridiques et organisationnels. Le Civam Défis a ensuite élaboré une méthodologie d’accompagnement et créé des outils adaptés afin d’accompagner les particuliers, les agriculteurs et les collectivités.

« Ce système de traitement s’entretient comme un jardin. L’association des plantes épuratrices (roseau, iris, jonc ;..) avec un substrat de galets et graviers constitue des filtres qui créent un milieu favorable à l’activité biologique et au développement de micro-organismes épurateurs. Ce système naturel et vivant, géré en « petit collectif » nécessite de bien s’entendre avec ses voisins et d’avoir de bonnes pratiques domestiques pour ne pas compromettre son efficacité.

« Le système FPR est actuellement autorisé par les SPANC pour des dimensionnements supérieurs à 20 Equivalents habitants (EH), qui correspondent en moyenne à 3 ou 4 habitations individuelles.

« Pour des regroupements plus petits, l’autorisation demeure possible, mais à titre dérogatoire et expérimental.

(...)

NB : en auvergne une entreprise basée à Billom, auvergne nature , vous propose un Assainissement Non Collectif (ANC) par les plantes http://www.auvergnenature.com


Voir en ligne : La suite de l’article sur le blog de Marc Laimé, Les eaux glacées du calcul égoïste